Choisissez l’assurance-vie pour régler votre achat immobilier.

Vous rêvez de devenir propriétaire et envisagez l’acquisition d’un bien immobilier ? Avez-vous envisagé l’assurance-vie comme levier de financement ? Cette stratégie, plus courante qu’il n’y paraît, pourrait bien vous ouvrir les portes de votre futur foyer tout en optimisant votre fiscalité.

Comprendre le rôle de l’assurance-vie dans l’achat immobilier

L’assurance-vie n’est pas seulement un outil de prévoyance ; elle se présente aussi comme une opportunité d’investissement avec une dimension immobilière tangible. La capacité de l’assurance vie à servir de support pour financer un achat immobilier est un angle souvent méconnu. Pourtant, des dispositifs spécifiques existent, à l’instar du système de prévoyance vieillesse en Suisse, mieux connu sous l’appellation de “3ème pilier”.

Il faut savoir que l’assurance-vie peut être scindée en deux compartiments distincts : le fonds en euros, généralement plus sécurisé mais à la rentabilité modeste, et les unités de compte, potentiellement plus rémunératrices mais soumises aux aléas des marchés financiers. Ces dernières peuvent comprendre des supports immobiliers (SCPI, OPCI, etc.) qui lient directement votre contrat d’assurance vie à la pierre. Vous pourrez obtenir des informations supplémentaires sur cette pratique en suivant ce lien: https://www.didiermathus.com/financer-une-partie-de-son-achat-immobilier-avec-lassurance-vie/.

Les atouts de l’assurance-vie pour les futurs propriétaires

Puiser dans votre assurance-vie pour générer un apport personnel conséquent est une démarche qui peut s’avérer judicieuse. L’utilisation partielle de votre épargne via un rachat peut se faire sans clôturer votre contrat, vous laissant ainsi la possibilité de continuer à l’alimenter et à bénéficier des avantages fiscaux liés à l’antériorité du contrat.

L’assurance-vie permet aussi de garantir votre prêt. En cas de décès, le capital restant dû pourrait être remboursé par le contrat d’assurance vie, assurant ainsi une sécurité financière à vos proches. Cette garantie vient en complément ou en remplacement de l’assurance emprunteur classique, avec souvent des coûts réduits.

Quant à la fiscalité, après huit ans, les retraits partiels bénéficient d’un abattement annuel sur les intérêts, réduisant ainsi l’impact fiscal de l’utilisation de ces fonds pour votre achat immobilier. C’est un point non négligeable qui doit être pris en compte dans l’équation globale de votre investissement immobilier.